Voie du Rhin

Le Rhin a un rôle des plus importants pour notre pays. Non seulement il est navigable mais, surtout, cette voie « internationale » reste ouverte en cas de conflit. La Suisse qui n’a aucun accès à la mer serait, en tant de guerre, coupée des pays d’outremer si elle n’avait pas la possibilité d’exploiter la voie rhénane.

Ainsi, en tout temps, la Suisse peut assurer son ravitaillement et continuer à exporter ses produits comme elle l’a fait pendant la guerre 1939-1945. L’acheminement de marchandises par le Rhin peut rencontrer des difficultés, dues essentiellement à des causes naturelles, tels les basses ou hautes eaux, plus rarement le gel. Dans ces situations, les Compagnies qui assurent le service entre Bâle et Anvers/Rotterdam prélèvent une surcharge. Celle-ci a pour but de compenser le manque à gagner dû à l’impossibilité de charger les chalands au maximum de leur capacité.

Kohleschiff in Schleuse

 

Ce mode de transport, écologique et économique, est surtout utilisé pour les transports de masse et représente une sérieuse concurrence pour le rail qui, de toute façon, ne pourrait absorber les quantités considérables acheminées par cette voie d’eau.

Depuis quelques années les Compagnies rhénanes s’intéressent au trafic containers et se sont organisées pour assurer un service qui comprend également l’embarquement à bord des bateaux outremer, tout comme le débarquement des marchandises d’importation.

Suivant le type de containers et leur poids, le Rhin est plus avantageux que le rail, mais les différences sont peu sensibles.

  • Bâle – Anvers/Rotterdam – Durée du voyage : 3 jours.
  • Anvers/Rotterdam – Bâle – Durée de voyage : 5 jours.

Les principales Compagnies assurent 2 départs hebdomadaires. Il n’y a plus que 2 Compagnies suisses, leur siège se trouve à Bâle.

La Compagnie suisse-romande bien connue, Suisse-Atlantique, dont le siège est à Lausanne, ne dispose que de bateaux de haute mer. Elle n’assure ainsi aucun service sur le Rhin.