Origines

Remonter à l’origine des premiers transports ne peut se faire que d’après des études archéologiques puisque l’écriture n’est apparue qu’avec la civilisation sumérienne, au sud de la Mésopotamie, 3 millénaires avant J.C. Toutefois, si l’on appelle “transport” le déplacement d’une marchandise avec changement de propriétaire, on peut imaginer son origine datant de la sédentarisation de l’homme et la fabrication des premiers outils, tout d’abord conçus pour cultiver le sol en remplacement partiel de la chasse et la cueillette de plantes et fruits sauvages.


Première roue mésopotamie

Les dates fournies par les historiens diffèrent considérablement suivant la région ou le continent exploré. Il y a plus de 1,5 million d’années, la grande faille africaine vit apparaître l’Homo habilis et l’Homo erectus, des hominidés utilisant déjà des outils de pierre. Est-ce à cette époque que se situe la naissance des premiers transports ? Probable, mais pas certain. Il est ainsi préférable de parler de ce qui semble établi de façon plus exacte.

C’est en Mésopotamie et dans le bassin méditerranéen que les historiens ont découvert les sites les plus intéressants. Ils nous révèlent que, sur ces territoires, c’est au cours de la période néolithique que les derniers hommes de la préhistoire changèrent radicalement leur mode de vie.

Les premières roues connues qui y furent construites datent d’environ 3500 ans avant J.-C. Sous sa forme la plus simple, la roue était un disque de pierre ou de bois massif monté sur un essieu rond, auquel elle était fixée par des chevilles de bois. Les déplacements s’effectuaient en poussant ou tirant des armatures également en bois. Les véhicules à roues (un genre de charrette) qui suivirent bien plus tard sont apparus après l’invention du tour de potier.

Sédentaires, les civilisations se sont alors efforcées d’établir des voies de communications et créer des moyens de déplacement. Les premiers transports voyaient le jour.